samedi 2 mai 2009

THE SUBWAYS: YOUNG FOR ETERNITY


Un certain Jesus disait: "Le rock français, c'est comme le vin anglais." Parlons donc du vin français qui est implicitement référencé dans sa citation. Il y a du bon Médoc comme du mauvais Beaujolais Nouveau. Parallèlement, il y a un tel snobisme pour le rock anglais qu'il est dans mon devoir de faire la distinction entre bon et mauvais rock anglais. Est-il juste qu'un groupe anglais d'une qualité moyenne puisse bénéficier de la hype alors qu'un groupe français d'une qualité exemplaire peine à avoir une certaine notoriété à l'étranger? C'est pour cette raison que je m'empresse d'écrire cette critique sur l'album Young for Eternity des Subways, très représentatif en général de cette nouvelle vague de rock british à succès, qui est banal et anecdotique.

Les Subways est un trio composé de deux frères, et d'une ex fiancée de l'un d'eux (Comme vous pouvez le constater, je ne m'efforce pas à citer leurs noms qui, de toute manière, tomberont dans l'oubli). Mais jugeons plutôt l'album, histoire de déterminer de quel genre de cru il s'agit.

L'album débute avec I Want To Hear What You Have Got To Say, ce n'est pas une mauvaise chanson, elle commence comme une ballade en introduction avec une certaine influence d'Oasis, et dès le développement, on assiste à une partie plus énervée et entraînante. Cependant, on est loin de crier ô génie, une chanson qui reste banale. (Je préfère cependant me retourner aux Kooks qui en comparaison semblent être de la truffe noire...) Ensuite vient la chanson Holiday, dès lors, je me dis que les choses sérieuses commencent. Oui, c'est une chanson garage au riff assez efficace, et encore une fois, on ressent l'influence d'Oasis dans le chant, mais aussi de Nirvana pour la partie instrumentale, d'ailleurs ces deux groupes sont les principales influences du leader. Cette chanson s'en sort plutôt bien malgré du garage très basique, peu poussé et recherché. La chanson terminée, je passe à la piste suivante, qui est normalement LE tube du groupe, Rock & Roll Queen. Ils ont vu juste ces apprentis rockeurs, c'est un carton ! Et pourtant cette chanson est certainement pour moi la plus horripilante de l'album. Des paroles ridicules “You are the sun / You are the only one / You are so cool / You are so rock & roll” couplées avec une voix tout sauf gracieuse. Ce n'est donc pas sur ce tube là que je décide de camper. J'écoute ensuite la chanson Mary, le premier mot qui me vient à l'esprit est "sympa", mais cette chanson n'a absolument rien d'intéressant, du vulgaire post-Libertines (ces derniers faisant bien mieux). Young For Eternity, la chanson éponyme de l'album, encore une fois du garage primitif, relativement efficace, mais encore une fois inintéressant, aucune subtilité. Lines Of Light, une ballade au plein milieu de l'album, ce qui n'a rien de choquant. Les premiers titres de l'album étaient tous munis d'une certaine fougue, rien n'aurait été mieux qu'une ballade pour laisser reposer nos chères oreilles... Et voilà qu'on a le droit juste après à une autre chanson au garage cette fois-ci mieux réussi, plus efficace avec Oh Yeah. Le groupe enchaîne ensuite avec une autre chanson plutôt correcte, City Pavement, une chanson toujours efficace pour exciter les jeunes ados en concerts avec leur coiffure tout ébouriffé. Et bien sûr, après deux morceaux bien énergiques, on a droit à une nouvelle couche de ballade avec No Goodbyes, c'est justement pour avoir suffisamment de recul pour du garage encore plus entraînant, mais pratiquement aux influences pop punk californien avec la chanson With you. Le groupe nous répète toujours ce même leitmotiv, c'est-à-dire la ballade après un titre effréné, She Sun, CQFD. C'est avec la chanson Somewhere qu'ils vont anéantir cette logique, ils vont même faire très fort ! Dans une même chanson, ils vont mélanger des portions de musique douce et cette énergie du garage, c'est certainement le titre le plus travaillé, avec une forme plus élaborée. D'ailleurs, le côté psychédélique de la chanson ne me déplaît pas. Mais pour être franc, cette chanson ne parait géniale que par rapport au reste de l'album, elle reste cependant correcte. J'arrive enfin à la dernière piste de l'album, une piste cachée s'intitulant At 1 AM. La chanson précédente faisait vraiment figure d'exception dans cette logique d'alternance ballade/garage rock, car encore une fois, on revient sur du... garage, oui ! Primaire et bon pour une meute d'ados remplis de libido...

Voilà qui est fait malgré 3/4 d'heure de torture mentale. Un album qui a toutes les qualités requises pour un succès commercial, l'alternance ballade/garage rock, et une production certainement peu coûteuse, mais qui au final plaît "forcément" aux jeunes.
Je m'en vais maintenant me laver l'esprit en écoutant du vrai garage, donc les Stooges, les Sonics et pourquoi pas le groupe français Cheveu...

(Ah, j'oubliais, c'est un mauvais cru...)

Note: * 1/2

Sortie:
4 Juillet 2005 (Grande-Bretagne)
1 Octobre 2005 (France)
14 Février 2006 (Etats-Unis)

Liste des pistes:
1. I Want To Hear What You Have Got To Say (3’24")
2. Holiday (1’51")
3. Rock & Roll Queen (2’50")
4. Mary (2’59")
5. Young For Eternity (2’07")
6. Lines Of Light (2’12")
7. Oh Yeah (2’57")
8. City Pavement (2’43")
9. No Goodbyes (3’31")
10. With You (3’01")
11. She Sun (3’20")
12. Somewhere / At 1 AM (11’22")

Vous allez aimer:

-Somewhere

A éviter:

-Rock & Roll Queen
-With You

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire